- PUBLICITÉ -
Capture Bergeron

L’instructeur-chef Pierre Bergeron n’a pas apprécié voir le Titan revenir de l’arrière en troisième période pour ensuite l’emporter en prolongation. Photo Juana Laurin

Menant 3-0, les Panthères s’inclinent en tirs de barrage: «Ce n’est pas fini tant que ce n’est pas fini»

«Ce n’est pas fini, tant que ce n’est pas fini» disait le regretté instructeur Yogi Berra.

La maxime du légendaire ancien receveur des Yankees de New York s’appliquait en tous points à la performance des Panthères de Saint-Jérôme mercredi soir dernier alors qu’ils recevaient le Titan de Princeville à l’aréna régional de la Rivière-du-Nord.

Les Panthères ont laissé filer une avance de 3-0 à partir du milieu de la troisième période pour finalement s’incliner 4 à 3 en tirs de barrage.

Christophe Bohémier (3e) et Zachary Gravel (4e) avaient donné l’avance 2 à 0 aux Jérômiens en première période.

Philippe-Olivier Riopel (6e) a porté la marque à 3-0 au début de la deuxième pour les Panthères qui semblaient voguer vers une victoire facile.

C’est par la suite que ça s’est gâté.

Deuxième fois

L’instructeur-chef Pierre Bergeron avait une mine déconfite à la porte du vestiaire des siens après le match.

Il parlait d’un «manque de maturité» de la part des siens contre «une bonne équipe» à qui il ne fallait pas donner la chance de revenir dans le match.

Comme le faisait remarquer l’instructeur Bergeron, c’est la deuxième fois qu’un scénario du genre se produit depuis le début de la jeune saison.

Le 21 septembre dernier, les Panthères menaient 3 à 1 en début de troisième période contre le Collège français de Longueuil, mais ils ont laissé filer l’avance et perdu 4 à 3 en prolongation.

«Il y a des joueurs offensifs qui doivent s’impliquer défensivement…», de dire Pierre Bergeron, sans les nommer précisément.

C’est sans compter que «nous avons une jeune équipe offensivement et, parfois, ça nous coûte cher…»

De bonnes journées au bureau

Malgré tout, l’instructeur-chef croit que «la chance va virer de bord», parce que «on travaille fort. On fait de bonnes journées au bureau…».

Après avoir visité l’Inouk à Granby vendredi et les Prédateurs à Saint-Gabriel-de-Brandon dimanche (notre heure de tombée devancée en raison de l’Action de grâce nous empêche de donner les scores), les Panthères reçoivent ce soir (10 octobre) l’Inouk.

Pratiques

Dans un autre ordre d’idées, les Panthères permettent aux jeunes qui se présentent aux matchs revêtus de leur chandail des Lions de Saint-Jérôme de non seulement assister à la partie gratuitement, mais également de participer à un tirage au sort.

Le gagnant devient finaliste pour un tirage mensuel dont le prix est une participation à une pratique en compagnie des joueurs des Panthères.

 

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top