- PUBLICITÉ -
Paul

Paul St-Pierre Plamondon. Photo Mychel Lapointe

Comté de Prévost: Paul St-Pierre Plamondon demande à Marguerite Blais de dire la vérité

« L’intégrité et le service de la vérité sera vraisemblablement l’un des thèmes majeurs de la prochaine campagne dans Prévost» évalue Paul St-Pierre Plamondon.

Le passage de Marguerite Blais, candidate de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans Prévost, à l’émission Le beau dimanche le 15 juillet dernier n’est pas passé inapercu. À tout le moins, pas aux yeux de son adversaire péquiste qui demande

que « Mme Blais fasse preuve de plus de transparence quant à son bilan politique».

Inexactitudes

Paul St-Pierre Plamondon considère avoir relevé quelques « inexactitudes et libertés vis-à-vis la vérité» lors de l’entrevue.

Ainsi donc:

« Contrairement à ce que prétend Marguerite Blais, il est absolument faux d’affirmer qu’à titre de ministre des aînés de 2007 à 2012, elle n’avait pas le pouvoir d’aider les aînés dans les CHSLD. Son ministère avait les pleins pouvoirs sur tout ce qui touchait la condition des aînés mais, tel qu’on l’apprenait la semaine dernière, jamais le gouvernement de Jean Charest n’a cru bon de s’enquérir de la situation des aînés en CHSLD ou de la désuétude de ses bâtiments. L’évaluation qui a sonné l’alarme il y a quelques semaines est la « première évaluation complète » à avoir jamais être effectuée sur ces questions : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1109385/chsld-etat-batiments-immobilier-quebec-renovations-travaux

«Marguerite Blais ne dit pas toute la vérité lorsqu’elle affirme que le fait de ne pas avoir été nommée ministre sous Philippe Couillard n’a pas eu d’influence sur sa décision de quitter la politique puisqu’elle a elle-même affirmé au moment de son départ que ce refus « avait pesé lourd»: http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201508/20/01-4894251-marguerite-blais-avait-besoin-dun-defi.php

«Marguerite Blais déforme également la vérité lorsqu’elle sous-entend avoir coupé les ponts avec le PLQ il y a trois ans : « trois ans plus tard, est-ce que je peux me trouver un autre chum ? ». La vérité est plutôt que dans les jours qui ont précédé son annonce de représenter la CAQ aux prochaines élections, Marguerite Blais participait aux événements du Parti libéral et était toujours en négociation avec le PLQ pour une retour en politique, seulement elle n’obtenait pas les garanties qu’elle recherchait, notamment celle d’être nommée ministre : http://www.cime.fm/nouvelles/politique/108446»

 

 

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top