- PUBLICITÉ -
Front Infos Affaires

«J’ai une confiance absolue envers la Ville de Saint-Jérôme» confie Jean-Guy Poulin. Photo Claude Cormier

«À tous les jours, j’ai un défi à relever en compagnie de mes employés» -Jean-Guy Poulin

L’histoire d’amour entre Jean-Guy Poulin et les Jérômiens dure depuis 25 ans.

Le propriétaire du Canadian Tire de Saint-Jérôme aime profondément la communauté jérômienne et celle-ci le lui rend bien, ayant fait de son magasin du Carrefour du Nord le plus gros Canadian Tire au Québec et le deuxième au Canada (tout juste derrière un Canadian Tire de l’Alberta).

De Coaticook à Saint-Jérôme

C’est à 38 ans (il en a 83 aujourd’hui) que Jean-Guy Poulin a amorcé sa carrière au sein de la grande famille de Canadian Tire en devenant la propriétaire du magasin de Coaticook dont le volume de ventes avoisinait les 300 000 $ par année.

«On commence (chez Canadian Tire) au bas de l’échelle. On monte à un niveau supérieur selon nos expériences et nos rendements » souligne-t-il.

En vertu du principe, il passera par la suite successivement à Magog, puis dans le secteur montréalais de Côte-des-Neiges (le premier Canadian Tire dans un centre d’achat) et l’Acadie-Sauvé (le plus gros à Montréal, à l’époque) pour aboutir à Saint-Jérôme en 1993 dans le magasin localisé dans le Carrefour du Nord (là où on retrouve aujourd’hui le Dollarama et le Pharmaprix) dont le volume de ventes s’établissait alors à 12,5 M$.

Confiance en Saint-Jérôme

C’est en 1999 que Jean-Guy Poulin décide de faire le grand saut et va s’établir à l’extérieur du Centre commercial sur le site où on retrouve le commerce aujourd’hui.

On passe alors de 19 000 pc à 54 000 pc et les ventes atteignent alors quelque 30 M$.

En 2005, on procède à un agrandissement pour passer à 130 000 pc (une surface de vente de 91 000 pc) et un chiffre d’affaires de 47 M$.

Deux décisions que Jean-Guy Poulin prendra en toute connaissance de cause.

«C’est l’aventure d’un jeune homme qui se dit, on va essayer quelque chose de nouveau…» lance-t-il avec un léger sourire. «La bannière Canadian Tire est une bannière très forte … Ça a eu pour effet qu’on est le numéro 1 au Québec. J’ai une confiance absolue envers la Ville de Saint-Jérôme. C’est pour ça que j’ai participé pendant de nombreuses années à la chambre de commerce. Nous avons toujours cherché à renforcer les liens que nous avons avec nos clients et la Ville de Saint-Jérôme. Saint-Jérôme, c’est différent de Montréal. Saint-Jérôme c’est autre chose. C’est comme une famille. C’est pourquoi, on s’est tellement dévoué pour faire différentes choses à Saint-Jérôme. Pour que tout le monde puisse améliorer son sort».

Un magasin pour … les femmes!

Au tournant des années 2000, M.Poulin aura pris la décision d’agrandir, deux fois, mais aussi de changer la philosophie du commerce.

Longtemps considéré comme un magasin pour les hommes, le Canadian Tire de Saint-Jérôme allait s’adapter au goût du jour.

« J’ai alors décidé d’encourager les femmes à venir magasiner chez nous en ajoutant des produits qui allaient leur plaire. À l’époque, même la maison-mère a vu le potentiel de la marchandise qui s’adresse avant tout aux femmes. Aujourd’hui ma clientèle est formée d’environ 53 % de femmes…» note M.Poulin qui se réjouit d’avoir servi, au fil des 25 ans à Saint-Jérôme, au moins deux générations de clients.

Et pour cela, il rend hommage à ses employés.

«Nous avons un magasin familial avec un service à la clientèle hors-pair. Nous avons des rapports à tous les mois. Nos employés connaissent les clients. Ils les servent avec beaucoup de fierté et d’amitié …  Les clients nous disent souvent que ça sent bon chez nous. C’est vrai. Ça sent bon, parce que les employés ont du plaisir. Ils rentrent de bonne humeur. Ils repartent de bonne humeur».

Qui plus est, les employés ont une participation au bénéfice du magasin. «Ils sont actionnaires du magasin».

« Depuis mon arrivée en 1993, nous avons distribué 7 M$ pour leur fonds de pension».

Le respect

D’ailleurs, s’il y a un principe qui revient souvent au cours d’une conversation avec Jean-Guy Poulin, c’est le respect

«J’aime mes employés et je les respecte beaucoup. Nous sommes tous des humains et il faut se traiter en conséquence. J’aime le monde. Je les respecte et ils me le retournent. Le respect que nous donnons aux personnes devient un placement social dans l’humanité. Le retour est incroyable. Plus tu respectes les gens, plus ils le font à ton endroit».

Il faut aussi parler d’implication.

Le Canadian Tire de Saint-Jérôme a été pendant plusieurs années le commanditaire principal des Estivales de Saint-Jérôme et on ne compte plus les organismes et associations qui profitent de la grande générosité de son propriétaire.

«C’est dans ma nature… » commente-t-il. « J’adore ça, je me sens bien de le faire».

C’est ce même genre de sentiment qui explique, selon lui (même s’il sera le dernier à s’en vanter), son succès en affaires.

Son secret, c’est la passion.

«La passion d’aimer ce que tu fais. J’aime ça rentrer ici le matin (il y est dès 7h00 pour, notamment, rencontrer ses employés individuellement et échanger quelques mots avec chacun d’eux). À tous les jours, j’ai un défi à relever en compagnie de mes employés».

Et pour réussir, l’environnement y est pour beaucoup.

Avec le temps, il est devenu un Jérômien d’adoption et de cœur.

«J’aime Saint-Jérôme. L’expansion est incroyable. La joie de vivre, on la voit chez les gens.Ils sont heureux.Il y a beaucoup de progression à Saint-Jérôme et les plans d’avenir sont vraiment excitants».

Il y a 25 ans,Jean-Guy Poulin a quitté Montréal pour s’en venir à Saint-Jérôme. Il y a trouvé, confie-t-il, une ville «chaleureuse, joyeuse et plaisante».

C’est d’ailleurs avec un pincement au cœur qu’il quittera dans trois ans.

«Dans trois ans, j’aurai 86 ans. Je vais donner la chance à un autre … Je vais m’ennuyer quand je partirai, je le sais… »

Il souhaite le faire en ayant la santé, comme c’est le cas aujourd’hui.

On lui souhaite…

 

 

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top