- PUBLICITÉ -
Marc Bourcier

Marc Bourcier, le député de Saint-Jérôme, défend la proposition déposée par le PQ, soit de nommer le commissaire de l’UPAC après avoir reçu l’aval des deux tiers de la Chambre.

Arrestation de Guy Ouellette: pour le député Bourcier, il est important de défendre l’intérêt des Québécois

Selon le député péquiste de Saint-Jérôme, Marc Bourcier, l’arrestation du député Guy Ouellette par l’UPAC et les événements qui l’entourent ont suscité une crise de confiance de la population envers les institutions.

Rappelons que le député de Chomedey, Guy Ouellette, un ancien policier de la Sûreté du Québec, a été arrêté le 25 octobre dernier par l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

Par ailleurs, M. Bourcier félicite et soutient pleinement le leader parlementaire de l’opposition officielle, Pascal Bérubé, lequel «a défendu l’intérêt des Québécois et fait preuve de leadership». Le porte-parole péquiste en matière de sécurité publique a demandé une reddition de comptes pour l’UPAC. «C’est l’intégrité de l’Assemblée nationale qui est en jeu. On s’attend à ce que l’UPAC puisse nous fournir des informations sur ce qui est arrivé», a-t-il souligné.

Commission parlementaire

Marc Bourcier mentionne également que «le Parti libéral défend avant tout le Parti libéral et refuse que Guy Ouellette soit entendu. Il est important d’avoir une commission parlementaire afin de pouvoir poser nos propres questions. Les libéraux ne sont pas à l’écoute». Ce dernier rappelle en effet que les péquistes ont demandé que soient entendus le député de Chomedey et le commissaire de l’Unité permanente anticorruption (UPAC), Robert Lafrenière. Il évoque au passage la proposition déposée par le PQ, bloquée par les libéraux, celle de nommer le commissaire de l’UPAC après avoir reçu l’aval des deux tiers de la Chambre.

Dans cette affaire et à la suite d’allégations de favoritisme qui visent l’Autorité des marchés financiers (AMF), l’Unité permanente anticorruption (UPAC) et une firme de consultants, le gouvernement du Québec a mandaté la vérificatrice générale Guylaine Leclerc afin qu’elle étudie le processus d’attribution des contrats avec l’État. Cependant, le député de Saint-Jérôme fait remarquer que la vérificatrice générale «n’a pas la capacité d’aller au fond des choses» et réclame une enquête policière indépendante.

Le BIPA

Dans un autre dossier, concernant les informations privilégiées que semble détenir le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, en lien avec le conflit avec l’ex-conseiller Mario Fauteux, Marc Bourcier, préoccupé par un possible manque d’indépendance du Bureau d’intégrité professionnelle et administrative (BIPA) se dit heureux que son appel ait été entendu par Jacques Duchesneau, inspecteur général du BIPA, qui a déclaré récemment que le Bureau, dont le mandat est de surveiller l’octroi et la gestion des contrats publics ainsi que leur exécution, était complètement indépendant de l’administration municipale.

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top